L’histoire de la RSE

mercredi 16 juin 2021

Aaah la responsabilité sociale des entreprises, ce sujet aujourd’hui incontournable au sein du monde du business… La RSE est de plus en plus encrée dans le monde du travail, puisque de plus en plus de problématiques sociales, environnementales, éthiques et j’en passe se posent à nous. Aujourd’hui, Green Key Immo n’est pas là pour vous faire un cours sur la RSE, mais bien pour vous apprendre d’où elle vient à l’origine 

C’est vrai çà, quelle est l’histoire de la RSE ? D’où vient-elle ? Quand en a-t-on parlé pour la première fois ? Comment s’est-elle développée au fil du temps ?  

Naissance dans les années 1950

Dans les années 1950, on observe une certaine prise de conscience et le développement d’une certaine morale sociale chez les dirigeants d’entreprises. 

A cette période, le concept de RSE se forge sur des postulats religieux et éthiques. En 1953, Howard Bowen, pasteur protestant, publie un ouvrage intitulé « Social Responsabilities of the Businessman ». Il est le premier à utiliser le terme de « Corporate Social Responsibility », traduit ensuite par « responsabilité sociale de l’entreprise ». Cet ouvrage marquera en quelque sorte les prémices de la RSE telle qu’on la connaît aujourd’hui. S’en suivra quelques années plus tard en 1961 l’ouvrage The Responsible Corporation par George Goyder 

Les années 1970 : un début de prise de conscience

D’un point de vue international, on peut citer la conférence de Stockholm comme un point concret d’avancée sur la responsabilité environnementale des entreprises. En 1972 se tient en effet l’une des premières conférences des Nations Unies abordant le thème de l’environnement. Cette conférence a en effet permis d’établir une liste de 26 principes visant à mettre en place un vaste plan d’action pour lutter contre la pollution de notre environnement. 

Cette conférence servira aussi de base à la création du Programme des nations unies pour l’Environnement (PNUE) , créé la même année.  

Cependant, en cette même période, l’économiste Milton Friedman – un des plus influents de son époque – écrivait que ” la responsabilité sociale des entreprises est d’augmenter leurs profits “. Cette vision montrait alors le progrès qu’il restait à faire concernant les entreprises à proprement parler, et témoignait d’une certaine ignorance encore bien présente. 

Les années 80 : l'émergence d'une nouvelle vision

Dans les années 1980, les choses commencent à se bouger et de nombreuses études voient le jour. Une autre vision de l’entreprise émerge alors, considérant que l’entreprise n’est pas seulement responsable devant les détenteurs du capital mais également devant l’ensemble des parties prenantes avec lesquelles elle est liée : ses employés, ses fournisseurs, ses clients, son territoire d’implantation…  

Les années 90 : la concrétisation

Depuis les années 1990, de nombreux cadres normatifs nationaux et internationaux ont été créés et ont fourni des recommandations visant au respect général de cette responsabilité sociale.  

Parmi eux, les principes directeurs de l’OCDE à l’intention des multinationales, la déclaration tripartite de l’OIT sur les entreprises multinationales et la politique sociale, le Pacte Mondial des Nations-Unies (Global Compact), lancé en juillet 2000, les principes de l’ONU relatifs aux droits de l’Homme et aux sociétés transnationales…  

Et certainement l’une des plus connues à ce jour, la norme ISO 26000 sur la responsabilité sociétale des organisations.  

On peut également citer quelques évènements marquants ayant contribué explicitement mais aussi implicitement au développement de cette RSE : le deuxième sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, réunissant 173 chefs d’Etats, qui aboutira à la création du fameux Agenda 21, un programme d’action pour le 21ème siècle orienté vers le développement durable. Ce dernier a pour but de lutter contre la misère et les exclusions, et de promouvoir la production de biens et de services durables et la protection de l’environnement. 

De façon implicite, la catastrophe de Bhopal en 1984 et le scandale Eron en 2001 ont également contribué à l’éveil des consciences sur la responsabilité sociale et environnementale des entreprises.  

Les années 2000 : la RSE comme acteur principal des entreprises

En France, plusieurs évolutions législatives ont ancré dans les pratiques le reporting extra-financier. En 2001, la loi dite NRE (sur les nouvelles régulations économiques) a obligé les entreprises cotées à publier certaines de ces informations.  

Mais c’est surtout la loi dite Grenelle II, en 2010, qui a véritablement posé le dispositif principal, appelé reporting RSE.   

Dans les années 2000, on pourra aussi citer le Sommet de Johannesburg en 2002, sommet mondial pour le développement durable, le protocole de Kyoto, mais aussi un éveil de la part des consommateurs eux-mêmes sur la responsabilité qu’ils engagent en choisissant de consommer dans telle ou telle entreprise.  

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp